retour


La Passion-Oratorio & l'Oratorio de la Passion:

Très étroitement liée à la célébration de l'office, la première reprend le récit de la Passion du Christ, tel qu'il est écrit dans les évangiles, sans modification.
L'alternance de stophes de chroals et d'airs plus contemplatifs respecte les règles de la versification. Les textes sont écrits pour la circonstance.

Rapidement on intercala, entre les paroles du Nouveau Testament, des parties dites "madrigalesques", c’est-à-dire des airs sur des paroles d'invention libre, qui commentent le texte biblique et des chorals d'écriture homophone et très expressive qui représentent l'assemblée des fidèles. Elle est réservée aux salles de concert, non à l'église.


C'est à cette seconde catégorie qu'appartient la Passion Brockes [Passion selon Brockes].
Le texte de Barthold Heinrich Brockes [1680 - 1747], "Jésus martyrisé et mourant pour le péché du monde" [Hambourg 1712], est la plus célèbre version poétique de la Passion du Christ.
Le texte de Brockes connut un succès immense et immédiat, et a été mis en musique à peu près à 13 occasions. Les compositeurs qui se sont attaqué au texte sont, entre autres, Reinhard Keiser en 1712, par Haendel et Telemann en 1716, par Mattheson en 1718. Le livret de la Passion selon Saint Jean de Bach emprunte au texte de Brockes [Bwv 245, Leipzig 1724].
Le musicien et critique Johann Mattheson considère ces Passions-Oratorios comme des opéras sacrés.
 

Les livrets de Neumeister:

L'ajout de strophes de cantiques ou de poèmes d'invention libre aux textes de l'Évangile, loin de constituer un idéal littéraire, aboutissait à une juxtaposition d'éléments et de syles disparates. Aussi plusieurs librettistes essayèrent de réécrire le texte de l'Évangile et les commentaires lyriques dans une langue homogène. Les textes des cantates rédigés de 1700 à 1716 par Erdmann Neumeister en sont le prototype.
Les personnages

l'Evangéliste

Jésus

la Fille de Sion

[les âpotres]

Marie

Pierre, Jean,

Jacques & Judas


Caïphe

un Centurion

3 Servantes

3 Âmes pieuses

Pilate

un Garde



Je me propose, ci-dessous, outre d'intégrer une traduction de l'oeuvre, de comparer les diverses versions des Passions composées sur le texte de Brockes.
Pour exemple, la version de Haendel comporte 106 numéros, alors que celle de Fasch en a beaucoup moins, 30 numéros, apparaissant plus comme une cantate que comme un oratorio.
D'autre part, si Haendel découpe tout le texte, d'autres regroupent certains passages en 1 seul numéro.
Enfin, il semblerait que des passages apparaissent dans certaines versions [pour exemple Fasch], et sont absents chez d'autres [Haendel, Mattheson...].

traduction

comparatif


Les Enregistrements


Reinhard KEISER [1674 - 1739]

Il existe un enregistrement, introuvable sur le marché actuellement. Et devant cette absence, certains en profitent honteusement... j'ai trouvé un enregistrement de cette oeuvre à... 800 €uros !!!




Georg Philipp TELEMANN [1681 - 1767]


Birgitte Christensen & Lydia Teuscher, sopranos
Marie-Claude Chappuis, mezzo-soprano
Donat Havar & Daniel Behle, ténors
Johannes Weisser, baryton

Akademie für Alte Musik Berlin
René Jacobs




George Frideric HAENDEL [1685 - 1759]

Evangéliste: Martin Klietmann, ténor
Jésus: Istvan Gati, baryton
Fille de Sion: Maria Zadori, soprano
Âme pieuse 1: Katalin Karkas, soprano
Âme pieuse 2: Guy de Mey, ténor
Âme pieuse 3: Gunther Burzynski, baryton
Pierre: Guy de Mey
Judas: Drew Minter, alto
Marie: Eva Bartfai-Barta, soprano
Jean: Peter Bajan, alto
Garde: Peter Bajan
Jacques: Tamas Csanyi, alto
Caïphe: Tamas Csanyi
Pilate: Gunther Burzynski
Centurion: Gunther Burzynski
Servante 1: Eva Lax, alto
Servante 2: Eva Bartfai-Barta
Servante 3: Katalin Farkas

ténor: Janos Bandi

Stadtsingechor Halle
Capella Savaria

Nicholas McGegan




Johann MATTHESON [1681 - 1764]

Mechthild Bach: soprano
Dorothee Wolgemuth: soprano
Kai Wessel: alto
Wilfried Jochens: ténor
Gerd Türk: ténor
Ekkehard Abele: basse

Motettenchor Speyer
Accademia Filarùonica Köln
Marie Theres Brand




Johann Friedrich FASCH [1688 - 1758]

Evangéliste: Zoltan Megyesi
Jésus: Peter Cser
Fille de Zion: Maria Zadori

Schola Cantorum Budapestiensis
Capella Savaria Baroque Orchestra
Mary Terey-Smith




Gottfried Heinrich STÖLZEL [1690 - 1749]

Evangéliste: Knut Schoch
Jésus: Klaus Mertens
Constanze Backes & Dorothee Mields, soprani
Henning Voss, alto
Andreas Post, ténor
Florian Mehltretter, basse

Kammerchor Michaelstein
Telemann-Kammerorchester Michaelstein

Ludger Rémy



retour